Présentation

Les Journées de l’archéologie en Europe

Parc Archéologique du Colisée

Depuis 2010, le ministère de la Culture confie à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) la coordination et la promotion des Journées nationales de l’archéologie (JNA).


Lors des JEA, tous les acteurs en lien avec l'archéologie se mobilisent afin de faire découvrir au public les trésors du patrimoine et les dessous de la discipline. Opérateurs de fouilles, organismes de recherche, universités, musées et sites archéologiques, laboratoires, associations, centres d’archives et collectivités territoriales sont encouragés à organiser des activités innovantes, originales et interactives pour le grand public. Tous les pays membres du Conseil de l’Europe sont invités à participer aux Journées européennes de l’archéologie (JEA).

Les JNA se sont élargies à l’Europe en 2019. Dix-sept pays y ont participé pour la première fois.

En 2020, les Journées nationales de l’archéologie deviennent les Journées européennes de l’archéologie.

Compte tenu de l'épidémie de COVID19, la 11è édition des Journées de l’archéologie (JEA) ne s'est pas déroulée pas sous sa forme traditionnelle. Pour néanmoins fêter l’archéologie avec tous les publics, l’Inrap a lancé, sous l’égide du ministère de la Culture, l'événement #Archeorama. En plus des événements avec le public lorsque la situation sanitaire le permettait, l'événement #Archeorama a ouvert la possibilité de créer des événements numériques et de valoriser des ressources en ligne : rencontres lives d'archéologues sur les réseaux sociaux, publication de vidéos inédites, conférences en direct, visites virtuelles d'expositions, modélisations 3D d'objets et de sites archéologiques, etc.

 

Avec près de 1000 initiatives, en présentiel ou exclusivement numériques, ces JEA 2020 et #Archeorama ont rencontré un grand succès ! Au total, nous comptabilisons plus de 180 000 consultations sur le site journées-archéologie.fr, avec 15 000 visites uniques lors des trois jours de l'événement.

 

L'ouverture de l'événement à l'Europe s'est poursuivie, avec 28 pays participant à cette édition 2020 et près de 500 organisateurs européens différents.

Vidéo : Atelier d'initiation à la céramologie pour les scolaires ; les enfants creusent et déterrent des tessons de céramiques qu'il faudra remettre en ordre pour découvrir un objet.

L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) :

Créé par la loi de 2001 sur l’archéologie préventive, l’Institut national de recherches archéologiques préventives est un établissement public placé sous la tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche. Ses 2 200 agents, répartis dans 8 directions régionales et interrégionales, 42 centres de recherche et un siège à Paris, en font le plus grand opérateur de recherche archéologique européen.

Il assure la détection et l’étude du patrimoine archéologique en amont des travaux d’aménagement du territoire. Il est compétent sur l’ensemble du territoire, pour toutes les périodes, de la Préhistoire à nos jours. Il intervient dans tout type de contexte : urbain, rural, subaquatique et sous-marin, tracés autoroutiers et ferrés, réseaux électriques ou gaziers.
Il réalise chaque année quelque 1 800 diagnostics archéologiques et plus de 200 fouilles pour le compte des aménageurs privés et publics, en France métropolitaine et outre-mer.

À l’issue des chantiers, l’Inrap assure l’analyse et l’interprétation des données de fouille et leur diffusion auprès de la communauté scientifique. Premier producteur de données et de publications archéologiques en France et en Europe, l’Institut contribue de façon déterminante au développement de la connaissance archéologique et historique ainsi qu’aux grandes problématiques contemporaines : migrations, climat, environnement, santé, connaissance des territoires, économie, etc.

 

Ses missions s’étendent également à la diffusion de la connaissance archéologique auprès du public le plus large. À ce titre, il organise de nombreuses opérations de valorisation, le plus souvent en collaboration avec les aménageurs : visites de chantiers, expositions, publications, production audiovisuelle, colloques. Chaque année le troisième week-end de juin sur l’ensemble du territoire national et dans les pays membres du Conseil de l'Europe, il organise les Journées européennes de l’archéologie sous l’égide du ministère de la Culture en partenariat avec des établissements publics culturels et scientifiques et des collectivités territoriales.

Objectifs de la manifestation

Les Journées européennes de l’archéologie (JEA) encouragent les pouvoirs publics et les acteurs de l’archéologie à valoriser le patrimoine archéologique. Elles s’appuient sur une plateforme numérique, journees-archeologie.fr, portant à l’attention du public la multiplicité et la diversité des patrimoines et des initiatives relatives à l’archéologie en Europe. Elles facilitent la constitution d’un réseau d’acteurs de l’archéologie dans l’ensemble des pays membres du Conseil de l’Europe.

Les JEA ont pour objectifs principaux de :

  • sensibiliser les citoyens européens à la richesse et à la diversité culturelle de l’Europe ;
  • rendre l’archéologie plus visible aux différents publics et aux médias ;
  • sensibiliser le grand public et les autorités politiques à la nécessité de protéger le patrimoine archéologique ;
  • permettre aux publics d’appréhender la mosaïque des cultures européennes ;
  • attirer de nouveaux publics qui n’ont pas l’habitude de visiter les lieux où se fait l’archéologie ;
  • valoriser auprès du public l’ensemble de la chaîne opératoire de l’archéologie, « de la fouille au musée » ;
  • favoriser le partage des savoirs entre les professionnels de l’archéologie et les citoyens européens.

Pour ce faire, les JEA ont lieu chaque année le troisième week-end de juin dans l’ensemble des pays membres du Conseil de l’Europe.